top of page

TOUT sur le sacre de Hugues Capet

Dernière mise à jour : 30 janv.


Le sacre de Hugues Capet est un sujet qui passionne les Français. Il ne comprennent pas comment un homme semblant surgir de nulle part, presque un inconnu, a pu s’emparer du pouvoir carolingien.


Or Hugues Capet (écrit souvent par erreur Hugue Capet), duc des Francs, est tout sauf un homme qui surgit de nulle part.


Son grand-oncle Eudes, comte de Paris, a défendu la ville devant l’invasion viking en 885 et a été élu roi des Francs. Son grand-père Robert a également été roi des Francs. Sa mère Hedwige de Saxe est soeur de l’empereur du Saint-Empire romain germanique Otton Ier dit le Grand. Son père a été l’homme fort du roi de Francie Louis IV et il en est le cousin par mariage.


En se replongeant brièvement dans cette épopée des rois qui ont succédé à Charlemagne, on comprend mieux qui était Hugues Capet et pourquoi c'est lui qui a été élu roi des Francs en 987 et pas un autre.


Menu de cet article


Retour vers l'an 800 avec Charlemagne


Pour mieux comprendre pourquoi Hugues, duc des Francs, a été sacré roi en 987 il faut revenir en 800.


Charlemagne se fait alors couronner par le pape « Empereur du Saint Empire romain germanique », le successeur du prestigieux Empire romain de l’Antiquité. Il a tout pouvoir sur cette terre car il est consacré par Dieu. On dit même à cette époque que les Francs sont descendants des Troyens !


Charlemagne est le fondateur de la dynastie franque des Carolingiens, qui succède aux Mérovingiens.


Toutefois à la mort de son fils Louis le Pieux, dit aussi le Débonnaire, cet immense empire est partagé entre ses 3 petits-enfants par le traité de Verdun en 843.

· Charles le Chauve hérite de la Francie d’occident (en grande partie la France actuelle)

· Lothaire Ier obtient la Francie qu’on peut appeler médiane, future Lotharingie

· Louis le Germanique recueille la Francie orientale, future Germanie


Sacre de Hugues Capet carte de l'empire de Charlemagne partagé par le traité de Verdun en 843
Wikimedia commons carte de l'empire de Charlemagne partagé par le traité de Verdun en 843


843-986 des Carolingiens, des Robertiens et même des rois « sans étiquette » en Francie occidentale



Ce que nous retiendrons pour la Francie occidentale, royaume de Charles le Chauve, c’est que ce ne sont pas toujours des Carolingiens qui vont occuper le trône.


Après Charles le Chauve, les souverains Louis II le Bègue, Louis III et Carloman puis Charles III le Gros sont bien des descendants de Charlemagne.


Toutefois, le roi suivant ( 888-898) Eudes de Paris n’en est pas un. C’est même le premier roi dit Robertien et surtout c’est le grand-oncle de Hugues Capet ! C’est lui, en sa qualité de comte de Paris et marquis de Neustrie, qui défendra victorieusement Paris contre les Vikings durant l’hiver 885/886, conjointement avec l’évêque Gozlin et l’abbé de Saint-Germain-des-Prés. D’après Jules Michelet, il est fils du comte d’Anjou Robert le Fort qui s’est fait tuer en combattant le chef des Normands, Hastings.


Charles III le Simple prend ensuite le pouvoir mais n’est pas un descendant d’Eudes de Paris. Il est héritier et fils posthume de Louis II, donc un Carolingien, et avait été écarté du pouvoir du fait de son jeune âge par ses frères Louis III et Carloman issus d’un premier lit. Charles III se bat contre Henri 1er l’Oiseleur, roi de Germanie pour devenir empereur mais il échoue.


Après Charles III, c’est à nouveau un Robertien qui prend le pouvoir. Robert Ier est élu roi des Francs en 922, il est le frère d’Eudes de Paris. C’est en fait le père de Hugues le Grand, duc des Francs, et le grand-père de Hugues Capet. Tout cela explique à quel point lorsque Hugues Capet est couronné il n’est pas n’importe qui mais déjà un descendant de roi des Francs.


C’est ensuite Raoul, duc de Bourgogne, qui sera élu roi (923-936). Il n’est ni un Robertien, ni un Mérovingien, ni un Carolingien. Toutefois il est marié avec Emma, sœur de Hugues le Grand, le père de Hugues Capet. Ce serait sa femme qui aurait influé auprès de Hugues le Grand pour que Raoul devienne roi des Francs !


Le souverain qui lui succède (936-954), Louis IV, est fils de Charles III et donc un Carolingien. Il a dû partir en exil en Angleterre dans son jeune âge et porte pour cela le surnom de Louis d’Outre-Mer. C’est Hugues le Grand, à l’époque le deuxième personnage du royaume qui l’aide à se faire sacrer. Louis IV est allié à Otton Ier roi de Germanie (famille des Ottoniens) car il a épousé sa sœur Gerberge. On rappelle à cette occasion qu'Hugues le Grand est lui aussi marié à une soeur d'Otton, Hedwige.


Lorsque Louis IV meurt, son fils Lothaire, un autre Carolingien donc, est encore jeune. Sa mère Gerberge sur les conseils de son frère Otton et de son autre frère Brunon, archevêque de Cologne, le confie à Hugues le Grand, son oncle. C’est lui qui le fait élire par les pairs du royaume puis sacrer à Saint-Remi.


Plus tard en 978, Lothaire se met en guerre contre son cousin Otton II de Germanie. Celui-ci réplique et attaque Paris. Avec l’aide de Hugues Capet, Lothaire chasse les troupes d’Otton, c’est une grande victoire enregistrée par tous les historiens de ce temps. Hugues Capet est reconnu comme un soutien fidèle du roi. En 979 Lothaire fait sacrer son fils Louis par Adalbéron, archevêque de Reims. On dit qu’il est « rex designatus », roi désigné, élu par le roi lui-même, pour garantir qu’il lui succèdera effectivement.





Sacre de Hugues Capet généalogie des Ottoniens document ancien
Généalogie des Ottoniens. Entourés de noir Hedwige et ses descendants Hugo rex (Hugues Capet) et Robert. Entourés de rouge sa soeur Gerberge et son fils Lothaire. Entourés de bleu, Henri l'Oiseleur avec son épouse Mathilde et l'Empereur Otton Ier, leur fils.


987 l’an 1 des Capétiens


Ce fils de Lothaire devient donc roi après la mort de son père en 986 sous le nom de Louis V dit « Louis le Fainéant » . Il ne règne qu’une année et meurt lui-même d’une opportune chute de cheval à l’âge de 20 ans en mai 987, la veille d’un procès qu’il a commandé contre l’archevêque de Reims, Adalbéron, allié de l’Empereur Otton et de Hugues Capet. Il a été marié à une femme bien plus âgée que lui et n’a pas d’héritiers.


Les Carolingiens en ligne directe sont éteints, il ne reste que son oncle paternel Charles de Lorraine pour prétendre au trône.


Les grands du royaume, comtes, ducs et évêques, se rassemblent à Senlis au début du mois de juillet. Il semble clair à tous que Charles de Lorraine n’a pas les qualités nécessaires pour prendre le pouvoir, qu’il est mal marié ( « il a pris femme dans la catégorie des milites, c’est-à-dire dans la catégorie des simples auxiliaires du pouvoir » écrit Georges Duby). En revanche Hugues Capet a toutes les qualités morales. De plus, il descend d’une prestigieuse famille de Francie occidentale, la lignée des Robertiens, qui a déjà donné deux rois à la Francie. Il est également abbé laïc des plus prestigieuses abbayes du pays, dont la riche abbaye de Saint Martin de Tours où l’on vénère les reliques de ce saint.


Sa mère Hedwige de Saxe est la sœur de l’ancien empereur Otton Ier et il est donc lui-même le cousin de l’Empereur Otton II qui vient de décéder en 983. Par sa mère Hedwige de Saxe et son père Hugues le Grand coule également dans ses veines une part de sang de Charlemagne.




sacre de Hugues Capet enluminure sur le couronnement de Hugues Capet
BNF extrait des Grandes Chroniques de France, enluminure sur le couronnement de Hugues Capet


Le sacre de Hugues Capet dans la cathédrale de Noyon


En juillet 987 à Senlis, Hugues Capet est élu roi des Francs par tous les grands vassaux, après être devenu plusieurs années après le décès de son père, vers 960, duc des Francs. Rien ne change à sa mission qui est l’administration du royaume, elle prend juste un peu plus d’ampleur.


Probablement le 3 juillet il est sacré à Noyon par Adalbéron, archevêque de Reims. Le couronnement de Hugues Capet se déroule dans la cathédrale carolingienne de Noyon, là même où Charlemagne avait été couronné roi de Neustrie en 768.


Ainsi que nous le rapporte Georges Duby, selon le rite établi depuis le IXe siècle, la noblesse de Francie, le clergé et le peuple entendent le serment solennel que font les rois couronnés : «Je vous promets de conserver à vous et à vos églises les privilèges canoniques, la loi et la justice qui vous sont dues. Autant qu’il sera en mon pouvoir, et avec l’aide de Dieu, j’assurerai par droit la défense, comme le roi en son royaume doit l’assurer, à chacun de ses évêques, à chacune des églises qui leur sont soumises. ».

Le nouveau roi se tourne ensuite vers le peuple et continue : « Ces trois choses je les promets au nom du Christ au peuple chrétien qui m’est soumis. Premièrement , que tout chrétien en tout temps tiendra l’église de Dieu, moi arbitre, en vraie paix. Deuxièmement, que je m’opposerai à toute rapacité et iniquité. Troisièmement, que je prescrirai en tout jugement l’équité et la miséricorde ».

Le peuple l’acclame puis vient le moment de l’onction avec la sainte ampoule conservée au monastère de Saint-Remi à Reims. L'onction terminée on remet au nouveau roi les insignes de son pouvoir royal, le sceptre et l’anneau.


Aucun des chroniqueurs de l’époque n’a l’idée de crier à l’usurpation lors du couronnement de Hugues Capet, bien au contraire, et on comprend maintenant pourquoi. Adalbéron dira plus tard au fils de Hugues Capet, Robert le Pieux, « Tu es roi et empereur par la longue lignée de tes pères ».


Six mois après son propre sacre, le 30 décembre 987, Hugues Capet fait sacrer à Orléans son fils Robert (qui est son seul fils donc par conséquent son fils aîné !) tout comme l’avait fait Lothaire avant lui avec son propre fils, le futur Louis V.


La dynastie capétienne est née, elle va diriger le royaume de France en ligne directe jusqu’en 1328 et en ligne indirecte jusqu’en 1848 avec le dernier des rois de France Louis-Philippe.




Conclusion

Tant d'informations approximatives voire fantaisistes circulent sur internet à propos du couronnement de Hugues Capet qu'il m’a semblé utile d’exposer la vérité historique ou quand elle n’est pas connue, la probabilité historique. Pour cela je me suis fiée à Georges Duby, historien français spécialiste du Moyen-Age. Il a été professeur au Collège de France et membre de l'Académie française. Ses ouvrages "Le Moyen Âge - De Hugues Capet à Jeanne d'Arc-" et "L'An mil" sont des références sur cette période. J’ai aussi relu « Le Moyen Age » de Jules Michelet qui est un monument historique du XIXe siècle, quoique plus controversé.




Si vous voulez découvrir si vous êtes un descendant de Hugues Capet, je vous suggère de lire l'article "Et si vous étiez un descendant de Hugues Capet" sur ce blog. Oui c'est possible, allez voir comment le vérifier !



Sacre de Hugues Capet ilustration fictive Hugues Capet et son fils auteurs Sylvie&DALL.E



Pour compléter cette lecture



Site Medieval Lands sur la généalogie de Robert Ier




Source des images


Wikimedia Commons Carte de l'empire de Charlemagne partagé par le traité de Verdun en 843

Wikimedia Commons Généalogie des Ottoniens Chronica St. Pantaleonis, 2nd half of 12th century. Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel, Cod. Guelf. 74.3 Aug.


Le couronnement de Hugues Capet bibliothèque Gallica à la BNF







Pour partager cet article sur Facebook, cliquer sur le f en bas à gauche



Sacre de Hugues Capet généalogiste souriante avec un ordinateur

Mise à jour du 27/01/2024

1 548 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page